30 juillet 2018

La règle de trois pour engager un jeune diplômé

Enseignement supérieur, secondaire général, technique ou professionnel… Les jeunes diplômés qui sortent de l’école n’ont qu’une envie : décrocher leur premier emploi. De votre côté, vous comptez renforcer votre équipe en y injectant du sang neuf. Pas de doute : vos intérêts convergent… Découvrez dans cet article trois bonnes raisons pour passer à l’acte.

1. Le potentiel et la motivation : de vrais atouts

Engager un jeune diplômé, c’est aussi souvent recruter un collaborateur sans expérience professionnelle. En tant qu’employeur, vous vous demandez sans doute comment combler l’écart entre les compétences acquises à l’école et la réalité de votre entreprise. Et la réponse sera sans doute le passage obligé par la case formation. 

Mais cela ne doit pas vous faire passer à côté d’une recrue prometteuse : il existe des solutions pour soutenir vos efforts de formation… et en limiter le coût. Concentrez-vous dès lors sur l’essentiel : les qualités qui feront d’un jeune diplômé un excellent collaborateur. Comme l’enthousiasme et la motivation, mais aussi les compétences qu’il possède et dont votre entreprise a besoin. 

Le saviez-vous ? 

En Région bruxelloise, la Formation Professionnelle Individuelle (FPI) en entreprise permet sous certaines conditions de former un futur collaborateur en réduisant significativement vos coûts salariaux. Par ailleurs, les chèques formation d’Actiris vous permettent de financer 50 % du coût de la formation de votre nouveau collaborateur. 

2. Parler une autre langue, ça s’apprend

Vous avez trouvé le candidat idéal : il vient d’obtenir son diplôme et a toutes les qualités que vous recherchez pour réussir rapidement dans votre entreprise. Le seul hic, c’est qu’il ne parle qu’une langue, alors que votre entreprise évolue dans un environnement multilingue.

Notre conseil ? Ne ratez pas la perle rare à cause de cette seule lacune. Car parler une autre langue, ça s’apprend. Prévoyez plutôt pour lui un programme de formation dès son entrée en fonction et profitez d’incitants comme les chèques langues Matching, qui financent 100 % des coûts de formation.

Le bon plan activa 

Vous envisagez d’engager un jeune n’ayant pas de qualifications spécifiques ? Sachez qu’il existe des aides pour réduire vos coûts salariaux lors de l’engagement d’un demandeur d’emploi bruxellois. C’est notamment le cas des mesures activa.brussels

3. Un coup de pouce pour lancer un jeune

Pour certains jeunes sortant de l’école, l’absence d’expérience est parfois le début d’un vrai cercle vicieux. Comme ils n’ont pas d’expérience, ils ne parviennent pas à décrocher leur premier job. Et puisqu’ils ne travaillent pas, ils ne peuvent pas alimenter leur compteur « expérience professionnelle ». 

Pour ces jeunes, l’option « stages en entreprise » est souvent la solution qui permet de sortir de ce cercle vicieux. Pour votre entreprise, c’est aussi une excellente opportunité de leur donner un coup de pouce tout en dynamisant le marché de l’emploi bruxellois, mais aussi de repérer de futurs collaborateurs prometteurs. 

Un Stage First comme point de départ

À Bruxelles, le Stage First permet d’engager un stagiaire à des conditions particulièrement avantageuses.

Besoin d’un accompagnement pour recruter un jeune diplômé ?

Contactez-nous via la ligne Actiris Employeurs.

Contactez-nous ici

Jan Lestarquit - Consultant employeurs

Depuis deux ans, Jan travaille comme consultant employeurs chez Select Actiris. Il aide les employeurs à rédiger les profils de fonction et les accompagne tout le long du processus de recrutement. Il les conseille aussi en matière de mesures d’aide à l’embauche et de formations.